Quoi ? : Cuisine méditerranéenne
Où ? : 28 Plage de l'Estaque 13016 Marseille
Quand ? : Lun > Jeu, 12h00-14h00 / Ven, Sam, 12H00-14h00 et 20h00-22h00
Combien ? : Menus déjeuner à 25-28€
Transport ? : Bus 35, 35S ou 95S, arrêt Estaque Port
Des Questions ? : 09 83 75 48 66
Un lien ? : Cliquez-ici

Pas la peine d’aller au large, dans ce bistrot gourmet le voyage se fait à quai : au bord de l’eau et des bateaux, profitez de la cuisine retour de marché raffinée et savoureuse et du cadre dépaysant qu’offre le Cercle d’aviron.

Comme un beau bateau, les restaurants eux-aussi ont parfois besoin d’une petite remise à neuf pour se remettre en course. Le nouveau restaurant du club nautique de l’Estaque l’a bien compris : après une mue nécessaire, place au Bistrot du CAM (Club d’aviron de Marseille), affublé d’un nouveau chef depuis quelques mois.

Si la déco années 50 a été conservée (la maquette d’aviron d’époque ou encore l’énorme espadon accrochés aux murs à l’intérieur), l’espace a été réaménagé et modernisé de sorte que tous, habitués fidèles comme « nouveaux curieux », se retrouvent dans ce cadre insolite et unique. Au bord de l’eau, sur la terrasse face aux bateaux amarrés ou à l’intérieur derrière les grandes baies vitrées, la cuisine inventive et le service fluide en salle viennent également ravir les convives, qu’ils soient marins d’eau douce, amateurs de grand large, pêcheurs d’un jour ou amoureux de « bons produits » tout simplement.

Car en effet, les menus concoctés par le chef Davide Mijoba (ex-chef de L’Alchimie, rue d’Endoume) au jour le jour, suivant la saison, offrent à chacun une expérience culinaire de qualité, un voyage coloré et savoureux entre terre et mer, fait de produits frais et locaux (le fait maison se retrouve même dans le pain et la glace).

Vous apprécierez le spectacle de la mise à l’eau des skiffs tout en naviguant d’un plat à l’autre : de la raviole de buratta de Bufflonne au thon rouge de ligne de pays, délicieusement mi-cuit, avec fleurs de courgettes / petites fèves croquantes / falafel à la menthe, jusqu’à la tarte fine aux abricots de Provence en dessert par exemple. Mention spéciale pour les cuissons et les jus, parfaitement maitrisés et justement assaisonnés.

Bref, une escale gourmande qui vaut le coup de se mettre à la cape à l’Estaque…

(C.E)