Quoi ? : Objets souvenirs
Où ? : 15 Rue Caisserie 13002 Marseille
Quand ? : 7/7 de 10 à 19.00
Transport ? : M1 Vieux-Port
Des Questions ? : 04 91 90 90 90
Un lien ? : Cliquez-ici

A travers une belle sélection d’ouvrages, d’affiches et de produits dérivés évoquant son univers, les descendants de Pagnol dépoussière un héritage trop souvent caricaturé pour le remettre aux goûts du jour. Marcel est éternel !

Faire revivre l’œuvre de Marcel Pagnol à travers des objets n’est pas une sinécure si l’on ne veut pas tomber dans le piège d’un mercantilisme du souvenir de bas étage. C’est l’écueil évité par les deux petits fils de Marcel Pagnol, Nicolas et Louis-Laurent et leur associé François-David dans cette jolie boutique située aux portes du quartier du Panier.

Après avoir convaincu le reste de la famille du bien-fondé de leur démarche (NB : consacrer les bénéfices commerciaux de cette boutique à la restauration d’un important fonds d’archive), ils ont pu mener à bien ce projet qui évoque l’univers de Pagnol à travers de multiples produits de qualité confectionnés en Provence : des très belles sérigraphies faites d’après les affiches originelles, des audio-guide randonnées, des bandes dessinées sous le coup de crayon de Serge Scotto, des sculptures, et des plaques émaillées mais aussi des interprétation plus libres et contemporaines pour les support textiles en coton bio imaginées par Frédéric Grazzini (aka YAK) avec des slogans devenus cultes : « Tu me fends le cœur » « tirer ou pointer telle est la question », « tu n’est pas bon à rien, tu es mauvais en tout » etc. La Provence ce sont aussi des senteurs (celle de la garrigue, de la mer ou des fleurs), qu’ils ont essayé de retranscrire avec Lothantique, un éditeur de parfum basé dans les Alpes de haute Provence et dont le nom est justement inspiré d’une œuvre de Pagnol où il est question de cultiver une plante qui ne pousse que dans les livres.

Cette boutique avait toute sa légitimité ici, tant Marseille a servi de décor à l’écrivain et réalisateur. Elle ne devrait pas manquer d’attirer les provençaux pour qui Marcel incarne la figure tutélaire du Grand père, gardien des traditions mais aussi les visiteurs étrangers pour qui son nom incarne la Provence. Pour preuve le succès que connaissent les films César, Marius et Fanny récemment rénovés et qui viennent d’être distribués aux Etats unis où l’adaptation plus surprenante de la fameuse trilogie dans un théâtre Kabuki de Tokyo. Le but avoué est aussi de déringardiser auprès des jeunes générations l’œuvre d’un grand auteur finalement assez peu connue. Mission accomplie avec brio dans cette jolie antre du souvenir qui sent tout sauf la naphtaline.

Le Petit Plus : Les héritiers ont déniché dans les greniers de la maison familiale de véritables pépites qu’ils mettent à la vente ou rééditent (esquisses de projets d’affiche, catalogues d’avant-première, actions, pages de manuscrits)

 

(E.F)